police
Menu text, no JavaScript Log in  Deze pagina in het NederlandsDiese Seite auf DeutschThis page in English - ssssCette page en FrançaisEsta página em Portuguêshaut de pageretour
 

police

Les personnes qui ont joué un rôle pendant la Seconde Guerre mondiale à et autour de Valkenburg. La plupart figurent dans l’histoire de la résistance à Valkenburg. Dans ce cas, cliquez sur Plus dans notre histoire La résistance à Valkenburg à côté de ce nom pour en savoir plus.
Cette liste est loin d’être complète.


Ancien poste de police de Valkenburg

† ✡ † Jui.f.ves Holocaust Soldats alliés. USA RAF NL sold Verzet résistance initiale L.O. K.P. commune chefs des plongeurs coursiers résistance occasionnelle Les cachés ou plongeurs Valkenburg+ Valkenburg Berg en Terblijt Schin op Geul IJzeren Sibbe Margraten Houthem-St.Gerlach Geulhem Hulsberg Houthem Klimmen Meerssen Heerlen police prêtres NSB / NSDAP


Avant la guerre, la police néerlandaise était composée de l’unité de police militaire appelée maréchaussée, la rijksveldwacht ( police nationale ) et de la gemeenteveldwacht ( police municipale ). Le 5 juillet 1940, les occupants allemands fusionnent ces trois forces sous le nom de maréchaussée. Après la Seconde Guerre mondiale, elles furent à nouveau divisées en Korps Rijkspolitie (Force de police nationale, remplaçant les anciens rijksveldwacht et gemeenteveldwacht) et la Maréchaussée Royale, qui retrouva son statut militaire. (  Wikipédia néerlandais )
Chacun des policiers sur cette liste montre quelles attitudes envers l’occupant étaient possibles.4 pers.
Franssen,
Jan
∗ 0000-00-00
† 0000-00-00
police - Valkenburg - survivant.e - Jan Franssen était chef de la Marechaussee (plus tard Rijkspolitie) à Valkenburg. Le 7 juin 1946, il écrivit un rapport sur l’occupation et la libération à la demande du bourgmestre, Piet Hens. Jan Diederen en cite Mijn oorlog en bevrijding à la p.75
Plus dans notre histoire La résistance à Valkenburg
Rennes / Renesse, van
Godert
∗ 0000-00-00
Heteren
† 1903-02-16
police - Valkenburg - NSB - survivant.e - Sur la page de généalogie de la famille Van Rennes, nous lisons qu’il y a les deux formes du nom de famille. Renesse est la version ancienne.
Avant la guerre, les Pays-Bas étaient très fortement divisés en piliers ( des mondes encapsulés religieusement et politiquement ). Enfant typique de son temps, le réformé Godert Van Renesse était un haineux de catholiques. Cependant, quand il rencontra une fille catholique à Arcen dans le nord du Limbourg, où il vivait à l’époque, il se sentit obligé de devenir catholique pour se pouvoir marier. Ensuite il fut muté à Oss, où il était impliqué dans la solution d’une guerre des gangs très violente, dirigée également contre la Maréchaussee. La brigade locale reçut une distinction honorifique de la reine Wilhelmine, qui était aussi une morfale de catholiques. Cela conduisait à des membres offensés des unités de police locales, qui étaient majoritairement catholiques. Nous lisons sur le site de la Politieacademie l’histoire de l’affaire Oss qui en a résulté. Cela a conduit à une véritable flambée de haine mutuelle dans tout le pays entre « les » catholiques et « les » protestants. À la fin, on peut lire: « Un certain nombre de membres de la Brigade Oss se sont sentis tellement ignorés qu’ils ont décidé pour le mouvement national-socialiste au début de la guerre. Après la guerre, ils ont payé pour cela avec une libération forcée. Le prix de leur appartenance à une telle organisation de haute trahison. » Avaient-ils besoin d’un mouvement qui prétendait être au-dessus de toutes les différences et ne connaissait que des « camarades »? Peut-être que Godert van Rennes pensait comme ça aussi.
Il était stationné à Valkenburg pendant la guerre et était notamment responsable du fouille dans la blanchisserie de Pierre Schunck et du renvoi des enfants juifs qui n’étaient pas autorisés à faire de la luge sur le Cauberg.
Source de ce dernier point : 42 Joodse Valkenburgers opgepakt en vermoord ( 42 Juifs de Valkenburg arrêtés et tués )
Il était interné pendant quelques mois après la guerre.
Plus dans notre histoire La résistance à Valkenburg
Roy, van
H.A.
∗ 0000-00-00
† 0000-00-00
résistance initiale - police - Valkenburg - survivant.e - Garde-champêtre ( policier communal ) à Valkenburg jusqu’à décembre 1941. Était membre du groupe de résistance tôt autour de J.Smit à Heerlen. Les premières données sur ce groupe datent de la fin de 1940 et du début de 1941. Smit, un soldat professionnel démobilisé en juillet 1940, a ensuite travaillé pendant un certain temps à la maréchaussee à Heerlen. Au printemps 1941, il a démissionné et a commencé à travailler comme tourneur à la mine Oranje Nassau et a fondé un groupe de résistance avec d’autres anciens soldats, principalement de l’ancien 13e régiment d’infanterie, dans lequel avaient servi beaucoup de soldats du Limbourg du Sud et dont lui-même avait également fait partie. Le champêtre Van Roy y était également le bienvenu. Au cours de 1941, il a mis en contact le vicaire Hennekens avec Smit. En décembre 1941, il démissionna lui aussi, mais vola d’abord quelques casques. Fut arrêté le 02/02/1942 et condamné à 3 ans de prison; était dans divers camps. Évasion du camp le 05/04/1945.
Source : Cammaert, chapitre 2.
https://www.rug.nl/research/portal/files/14543323/06_h6-2.pdf
Ven, op de
J.H.
∗ 1919-02-23
† 1948-06-20
résistance occasionnelle - police - Valkenburg - personne cachée - survivant.e - Dans la nuit du 22 juin 1944 il était de garde au bureau de distribution de Valkenburg, avec Den Haring, un membre de l’NSB. Était initié dans le complot. Par la suite, il s’est caché pour déduire le soupçon de Freysen et les autres.
Plus dans notre histoire La résistance à Valkenburg
http://www.de-veiligheidsregio.nl/juli-2015/wp-content/uploads/sites/3/2015/07/Juni-Tuinvanbezinning.pdf