résistance initiale
Menu text, no JavaScript Log in  Deze pagina in het NederlandsDiese Seite auf DeutschThis page in English - ssssCette page en FrançaisEsta página em Portuguêshaut de pageretour
 

résistance initiale

Les personnes qui ont joué un rôle pendant la Seconde Guerre mondiale à et autour de Valkenburg. La plupart figurent dans l’histoire de la résistance à Valkenburg. Dans ce cas, cliquez sur Plus dans notre histoire La résistance à Valkenburg à côté de ce nom pour en savoir plus.
Cette liste est loin d’être complète.



Pierre commémorative des résistants Coenen et Francotte

† ✡ † Jui.f.ves Holocaust Soldats alliés. USA RAF NL sold Verzet résistance initiale L.O. K.P. commune chefs des plongeurs coursiers résistance occasionnelle Les cachés ou plongeurs Valkenburg+ Valkenburg Berg en Terblijt Schin op Geul IJzeren Sibbe Margraten Houthem-St.Gerlach Geulhem Hulsberg Houthem Klimmen Meerssen Heerlen police prêtres NSB / NSDAP


Nous comptons sur la résistance initiale ces organisations et individus, qui étaient déjà actifs avant la fondation de l’L.O. Parce que ce n’est qu’alors que la résistance, du moins dans notre région, a commencé à croître à une plus grande échelle.9 pers.
Caubo,
Jean-Michel
Jean
∗ 1891-04-28
Maastricht
† 1945-02-13
Natzweiler, Außenkommando Daut
résistance initiale - Schin op Geul - victime de guerre - Jean fut inscrit à l’état civil sous le nom de Johannes Michael et grandit à Schin-op-Geul. Il travaillait pour la compagnie ferroviaire française Wagons Lits et il était, avec l’aide de toute sa famille, membre du groupe franco-néerlandais Dutch-Paris [1], qui aidait des réfugiés, notamment des Juifs.
Il fut arrêté le 12 février 1944.
Il appartenait pour les Allemands à la catégorie prisonniers de nuit et brouillard. Dans ce programme, beaucoup de prisonniers disparaissaient sans laisser aucune trace.

Beaucoup de détails sur le site de sa famille [3] et sur notre page spéciale à son sujet [4], une traduction partielle de [3].

  1. Wikipedia: Dutch-Paris • NederlandsDeutschEnglishFrançais
  2. Wikipedia: Nacht und Nebel • NederlandsDeutschEnglishFrançaisPortuguês
  3. Caubo.com Jean Michel Caubo
  4. Jean Caubo

Plus dans notre histoire La résistance à Valkenburg
Cette personne figure également sur la liste des résistant.e.s tombé.e.s dans le mémorial de la résistance sur le Cauberg.
https://oorlogsgravenstichting.nl/persoon/24933/johannes-michael-caubo
http://www.caubo.com/index_bestanden/index5.htm#jean
Gronden, van der
Gerrit J.
∗ 1895-12-13
Dordrecht
† 1943-01-02
Neuengamme
résistance initiale - Valkenburg - victime de guerre - Chauffeur et mécanicien au GGD (service médical municipal), marié. En tant que chauffeur, il a également diffusé des écrits interdits. Il a aidé les gens à fuir et fourni des soins médicaux en cas de besoin. Tout cela en collaboration avec son frère A.C. van der Gronden (Source : ARCH00347.148, voir lien ci-dessous.)
Image aussi sur oorlogsgravenstichting.nl
Il s’occupait de juifs caché-e-s, fut arrêté le 13 janvier 1942
Fred Cammaert écrivit dans le chapitre 10: « dans son garage du Heugemer Weg à Maastricht, il a fait des copies de De Vonk, l’édition limbourgeoise de De Waarheid = la vérité. » … « membre du Service municipal de protection de l’air. » … Arrêté « le 13 janvier 1942 » … « Il est décédé le 5 décembre 1942 dans le camp de concentration de Neuengamme. » (près de Hambourg), âgé de 47 ans. Son frère A.C. van der Gronden participait au rayon Valkenburg de la LO.
Plus dans notre histoire La résistance à Valkenburg
Cette personne figure également sur la liste des résistant.e.s tombé.e.s dans le mémorial de la résistance sur le Cauberg.
https://monument.vriendenkringneuengamme.nl/person/401623/gerrit-jan-van-der-gronden
Hennekens,
G. Hub
∗ 1909-02-15
Sittard
† 1970-11-26
Heerlen
résistance initiale - ecclésiastique - Valkenburg - survivant.e - Vicaire à la paroisse de St. Nicolaas & Barbara à Valkenburg. Cammaert écrivit : « Le vicaire G.H. Hennekens a copiait à Valkenburg des sermons de l’évêque Von Galen, l’évêque de Münster, et ses lettres pastorales. Il les a cités à maintes reprises lors de ses sermons du dimanche et n’a pas caché ses sentiments anti-allemands. Au cours de 1941, il est passé en contact avec Smit par le garde-champêtre ( policier municipal ) H.A. van Roy de Valkenburg. Smit s’est déclaré prêt à s’occuper de la distribution. Le groupe Smit était un cercle de résistants autour de l’ancien officier militaire J.L. Smit à Heerlen. Ils se concentraient sur la collecte d’armes et de munitions, la distribution (et la vente) des premiers magazines illégaux tels que Vrij Nederland, ainsi que la vente de photographies de la famille royale. Avec l’argent gagné en vendant ces photos, les coûts ont été réduits. » En raison de sa popularité Von Galen ne fut pas arrêté mais mis en résidence surveillée. Le vicaire Hennekens aurait pu espérer cela aussi, mais il fut arrêté le 2 février 1942 et amené au camp de concentration de Dachau, près de Munich. En se mettant en danger publiquement, il résistait aux nazis d’une manière que beaucoup ne comprenaient pas. Mais il a donné un signal et encouragé les autres à résister. En septembre 1955, il est nommé pasteur à Rothem. Il a pris sa retraite tôt en raison de problèmes de santé dus à sa période de camp. Retourné à Valkenburg. Enterré: Ste-Agnès, Bunde
Voir l’article de Hub Hennekens jr. sur son parrain dans le livre „Valkenburg 75 jaar bevrijd“, p.35.
https://www.online-familieberichten.nl/zoeken.asp?sortpers=naam&achternaam=Hennekens&page=1&command=show&type=ovladv&char=H&view=zoek&name=&id=1604205
Hout, van
Jan (Johannes Franciscus)
∗ 1908-10-17
Valkenburg
† 1945-02-22
KZ Neuengamme
résistance initiale - Valkenburg - victime de guerre - Coureur cycliste professionnel de 1932 à 1940. À huit ans, il déménagea à Eindhoven avec ses parents. En 1932, il établit un nouveau record d’heure néerlandais (42.282) à Tilburg et le 25 août 1933, sur le vélodrome en bois à Maasniel près de Roermond, un record du monde d’heure de 44.588 kilomètres. Mais cela fut déjà cassé après 4 jours.
Il touchait bien d’argent avec son vélo et aurait pu gagner beaucoup plus en Allemagne, mais puisqu’Hitler y soit au pouvoir, il n’était pas intéressé.
À l’invasion de l’armée Allemande il ferma son café et rejoignit la résistance. Lui et sa femme aidaient des Juifs et autres à se cacher. Il attirait l’attention et il s’est planqué lui aussi. Quelques mois avant la libération, Jan van Hout fut arrêté lors d’une descente dans la piscine naturelle De IJzeren Man et transféré aux camps de Vught, Amersfoort et enfin au camp de travail allemand Neuengamme, où il mourut d’épuisement.
Sources : http://www.elshout.nu/Koers/janvanhout.htm
nl.wikipedia et Maasniel.nl
Plus dans notre histoire La résistance à Valkenburg
Nijst,
Charles Joseph
∗ 1916-03-05
Kerkrade
† 1944-01-18
AEL Großbeeren, Kr. Teltow
résistance initiale - Valkenburg - victime de guerre - Le magazine hebdomadaire Het Land van Valkenburg écrivit sur lui: « Il refusait de signer la déclaration de loyauté et s’est caché. Arrêté ( date inconnue ) pour diffusion de littérature illégale. »
Sur Oorlogsgraven­stichting il y a un lien source où il est mentionné comme étudiant à la Katholieke Economische Hoogeschool à Tilburg. En outre, contrairement à ce qui précède, nous y lisons : « Employé au Arado Flugzeug Werke à Brandebourg sur Havel. A été arrêté le 6 octobre 1943. La raison en était une déclaration dans une conversation privée tenue début septembre. Il a été condamné à deux mois de prison. Vers le 15 décembre, la famille a reçu un message de la Société suédoise selon laquelle Nyst n’avait pas été libéré, mais transféré dans un Arbeitserziehungslager à Gross Beeren et de là au camp de concentration de Sachsenhausen près d’Oranienburg. Entre-temps, le 18 février 1944, la famille de Maastricht fut informée que le 18 janvier 1944, il avait succombé à « Herzschwäche » ( insuffisance cardiaque ) à Gross Beeren. »
Plus dans notre histoire La résistance à Valkenburg
Cette personne figure également sur la liste des résistant.e.s tombé.e.s dans le mémorial de la résistance sur le Cauberg.
https://www.vpnd.nl/bronnen/nl/arbeidsinzet_studenten_1943.pdf
Rocks/Roks,
Jan Joseph
∗ 1883-05-21
Sibbe
† 1944-03-03
Natzweiler-Struthof
résistance initiale - Valkenburg - victime de guerre - Membre du groupe de résistance tôt de Erkens à Maastricht, copropriétaire de la maison d’hôtes Samoshuis, plus tard hôtel Parkhotel Atlanta. Nic Erkens a passé un certain temps caché chez lui. IL fut arrêté le 19 novembre 1942 à Valkenburg pendant une campagne contre la résistance Hannibalspiel, soi-disant pour avoir distribué de la littérature de la résistance. Piet Roks est rentré à la maison, a vu les camionnettes de la police devant leur maison et a pu s’échapper à temps. Jan Joseph décéda au camp de Nacht und Nebel ( Nuit et brouillard ) à Natzweiler ( Alsace ) le 3 mars 1944.
Image pieuse ( Notez l’orthographe !) « Bidprentje » ( carte de prière ) de Jan Joseph Rocks.
Plus dans notre histoire La résistance à Valkenburg
Cette personne figure également sur la liste des résistant.e.s tombé.e.s dans le mémorial de la résistance sur le Cauberg.
https://www.oorlogsgravenstichting.nl/persoon/128452/jan-jozef-roks
Roy, van
H.A.
∗ 0000-00-00
† 0000-00-00
résistance initiale - police - Valkenburg - survivant.e - Garde-champêtre ( policier communal ) à Valkenburg jusqu’à décembre 1941. Était membre du groupe de résistance tôt autour de J.Smit à Heerlen. Les premières données sur ce groupe datent de la fin de 1940 et du début de 1941. Smit, un soldat professionnel démobilisé en juillet 1940, a ensuite travaillé pendant un certain temps à la maréchaussee à Heerlen. Au printemps 1941, il a démissionné et a commencé à travailler comme tourneur à la mine Oranje Nassau et a fondé un groupe de résistance avec d’autres anciens soldats, principalement de l’ancien 13e régiment d’infanterie, dans lequel avaient servi beaucoup de soldats du Limbourg du Sud et dont lui-même avait également fait partie. Le champêtre Van Roy y était également le bienvenu. Au cours de 1941, il a mis en contact le vicaire Hennekens avec Smit. En décembre 1941, il démissionna lui aussi, mais vola d’abord quelques casques. Fut arrêté le 02/02/1942 et condamné à 3 ans de prison; était dans divers camps. Évasion du camp le 05/04/1945.
Source : Cammaert, chapitre 2.
https://www.rug.nl/research/portal/files/14543323/06_h6-2.pdf
Smits,
Frank G.
∗ 1919-08-29
† 1944-04-04
Utrecht
résistance initiale - Hulsberg - victime de guerre - Résistance des étudiants, étudiant en droit, refusait de signer la déclaration de loyauté et adhéra à la résistance ( cartographiait les activités des Allemands aux aéroports néerlandais et les transmettait aux alliés ), fut arrêté le 12/08/1943, soupçonné de complot. Après des séjourns dans diverses prisons, il fut finalement condamné à mort par un tribunal de guerre spécial, et puis fusillé, pour possession illégale d’armes.
Plus dans notre histoire La résistance à Valkenburg
Cette personne figure également sur la liste des résistant.e.s tombé.e.s dans le mémorial de la résistance sur le Cauberg.
Soesman,
Gerard L.R.
∗ 1922-06-23
Valkenburg
† 1945-01-21
Auschwitz/Oświęcim
Jui.f.ve - résistance initiale - Valkenburg - victime de guerre - Figure au Tableau d’honneur des victimes 1940 – 1945, dans la catégorie résistance. De plus, il avait un père juif, Jacob Soesman. Sa mère Christina Johanna Maria Prick n’était pas juive, quand-même il est décrit sur le site Joods Monument comme suit : « Gerhard Lodewijk Robertus Soesman, qui avait fréquenté l’école secondaire commerciale, vivait à Maastricht. Il y travaillait dans la clandestinité pour le Parti communiste néerlandais ( CPN ). Il a distribué des journaux, dont De Vonk. À cause du V-Mann ( informateur ) Engwirda, il fut arrêté à Maastricht le 24 janvier 1942. … Puis déporté à Auschwitz via le camp de concentration de Vught. ».
Voir aussi Généalogie Soesman
Plus dans notre histoire La résistance à Valkenburg
Cette personne figure également sur la liste des résistant.e.s tombé.e.s dans le mémorial de la résistance sur le Cauberg.
https://www.erelijst.nl/gerhard-lodewijk-robertus--soesman
https://www.joodsmonument.nl/en/page/130916/gerhard-lodewijk-robertus-soesman