text, no JavaScript Log in  Deze pagina in het NederlandsDiese Seite auf DeutschThis page in English - ssssCette page en FrançaisEsta página em Portuguêshaut de pageretour


Monument aux morts à Aachen-Eilendorf

Limburg 1940-1945,
Menu principal

  1. Personnes
  2. Evénements/ Contexte
  3. Groupes de la Résistance
  4. Villes et Villages
  5. Camps de concentration
  6. Valkenburg 1940-1945
  7. Les leçons de la résistance

1940-1945 - Les Allemands tués au combat à Valkenburg-Houthem

  • Soldats allemands du front
    • Des Soldats allemands tombés dans la commune de Valkenburg-Houthem. Parmi eux, 13 sont enterrés à Ysselsteyn en tant que soldats inconnus. Ici, ils sont appelés NN.
    • Des Valkenbourgeois qui ont été conscrits parce qu’ils étaient d’origine allemande.
    • Quelques volontaires néerlandais de Valkenburg.
    • Un criminel de guerre. Contrairement aux personnes mentionnées ci-dessus, celui-ci a survécu.
  • Les documents des archives de la commune de Valkenburg a/d Geul
    • Des photos d’une équipe d’identification de Maastricht, au travail le 16 septembre, peu après la libération de la partie sud de Valkenburg.
    • De la correspondance avec des parents, avec un pasteur et avec différentes autorités concernant les morts et leurs tombes.
    Grâce à ces documents, nous avons pu résoudre quelques énigmes.
  • La « bataille » du Goudsberg
    Bien qu’elle soit appelée ainsi, les troupes allemandes n’ont eu aucune chance. Peu de temps après, tout le sud du Limbourg était libre et la bataille d’Aix-la-Chapelle commença.

16e sept. 1944 - Deux Allemands morts à Valkenburg. Source : Archives communales.

Ce site web fut créé principalement pour commémorer les morts de la résistance dans le Limbourg néerlandais contre l’occupation nazie. L’un des thèmes principaux est l’histoire de Valkenburg à cette époque. Là, d’autres personnes sont mentionnées aussi. Au moins quant à Valkenburg, nous essayons de nommer tous ceux qui ont joué un rôle pendant la Seconde Guerre mondiale. Les résistants, les survivants, les non-résistants importants et même les pro-allemands. De plus, les Juifs qui vivaient ici, et parmi eux les survivants, ainsi que les Alliés qui sont tombés dans notre commune. Nous les avons tous retrouvés, ou du moins presque tous. Au moins leurs noms, mais souvent aussi une histoire et parfois une photo.
Nous entamons maintenant la partie la plus difficile : Qui étaient les soldats allemands ? Il s’avère beaucoup plus difficile que pour les autres groupes de trouver les détails qui se cachent derrière les noms des Allemands morts au combat. Souvent, on ne connaît même pas leur nom parce que leur plaque d’identification a été perdue. Les Allemands tombés aux Pays-Bas sont ou étaient tous enterrés dans les cimetières militaires allemands d’Ysselsteyn (commune de Venray) [1] ou Lommel (Limbourg B)
La recherche la plus détaillée jusqu’à présent sur les soldats allemands tués à Valkenburg fut effectuée par Jan Diederen. Il a publié ses résultats dans son livre Mijn oorlog en bevrijding. [2]
À la page 10, il cite le journal de l’Aachener Geschichtsverein (Société d’histoire d’Aix-la-Chapelle)[3], qui indique que les 275e et 41e divisions d’infanterie allemandes avaient pris une position de combat entre Meerssen et Wittem, sur la rive nord de la Gueule, à partir du 13 septembre 1944. Elles appartenaient au 81e corps d’armée sous les ordres du lieutenant général Friedrich August Schack.  ;[2]

Une fois Valkenburg libérée, les forces américaines avancèrent de Valkenburg vers Heerlen et Aix-la-Chapelle le 17 septembre 1944, y compris via le Steenweg. Sur le Goudsberg [5], elles se heurtent à la résistance d’une unité allemande retranchée à cet endroit, qui tirait à partir de quatre nids de mitrailleuses. Ils n’ont aucune chance face aux sept chars américains du 743rd Tank Battalion, qui avait été rattaché à la division Old Hickory et là, pour l’une des rares fois, que nous avons reçu et accueilli un soutien aérien. Trois bombardiers en piqué firent un boulot superbe en éliminant les nids de mitrailleuses qui nous empêchaient d’avancer. [2.1]
D’ailleurs, en raison du lieu favorable sur la colline, les Romains y avaient déjà une tour de guet [6]. [6]

Lorsque les forces américaines continuèrent à avancer, 63 de ces hommes n’étaient plus en vie. Il s’agissait du plus grand groupe d’Allemands tués dans la commune de Valkenburg-Houthem de l’époque.

Jan Diederen écrit sur p.75 sous le titre Pertes allemandes: [2]

Après la bataille du Goudsberg, il est possible de faire le point sur les pertes allemandes à Valkenburg pendant les trois jours de combat contre les Américains.
Les pertes sont les suivantes : une à IJzeren, une à Schin op Geul et six à Houthem, selon les registres des archives de Valkenburg. Celui de IJzeren a été enterré dans une fosse de campagne, les autres dans des cimetières locaux. Cependant, 11 soldats tombés à Houthem ont également été réinhumés dans un cimetière allemand temporaire à Neerrepen/Overrepen, ils ne sont donc pas enregistrés à Valkenburg. Au cimetière du Cauberg, 21 soldats allemands sont enterrés et donc également enregistrés.
Un nombre beaucoup plus important de 335 soldats allemands ont été faits prisonniers. Le nombre exact figure dans le "After Action Report" du commandant du 119e régiment, le lieutenant Allen S. Hubbard, pour le mois de septembre 1944.
Le 14 septembre, 73 prisonniers sont dénombrés, le 15 seize, tandis qu’un groupe complet de 120 hommes se rend également, et le 16 vingt-deux. Le 17 septembre, 104 soldats allemands se rendent.
Comme les Américains avançaient déjà depuis Valkenburg à huit heures du matin et qu’ils n’ont rencontré de résistance qu’au Goudsberg, on peut supposer qu’ils se sont, comme le dit si bien le chef de la police Jan Franssen, ‘ précipités vers les chars les mains levées, bien plus haut que le salut hitlérien, et sans armes ’.
Avec 133 tués et 335 prisonniers, soit un total de 468, ce fut une perte importante pour l’armée allemande.

Les plaques d’identification mentionnées ci-dessus [7] sont importantes pour l’identification du porteur dans n’importe quelle guerre. Celles de la Wehrmacht indiquaient également l’unité à laquelle le soldat appartenait au moment de l’émission de la plaque.

    1. nl: oorlogsslachtoffers.nl Duitse militaire begraafplaats Ysselsteyn
      de: oorlogsslachtoffers.nl Deutscher Soldatenfriedhof in Ysselsteyn (Gem. Venray)
      de: kriegsgraeberstaetten.volksbund.de Friedhof Ysselsteyn
      OpenStreetMap
    2. ††† Lommel Dodenveldstraat 30, B-3920 Lommel
  1. Jan Diederen Mijn oorlog en bevrijding.
    1. p.15. Quoted from the war report of the 119th regiment.
  2. Poll, Das Schicksal Aachens im Herbst 1944; Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins. Band 66/67. Jahrgang 1954/1955. Festband aus Anlaß des 75jährigen Bestehens
  3. Gemeentearchief Valkenburg
  4. Onlineprojekt Gefallenendenkmäler - von Ahnenforschern für Ahnenforscher
  5. wikipedia NL Wachtpost Goudsberg
  6. Wikipedia • IdentiteitsplaatjeErkennungsmarkeDog tagPlaque d’identification militaireChapa de identificação