Kleine Zusters van de Hl. Joseph ()
text, no JavaScript Log in  Deze pagina in het NederlandsDiese Seite auf DeutschThis page in English - ssssCette page en FrançaisEsta página em Portuguêshaut de pageretour
Kleine Zusters van de Hl. Joseph

Limburg 1940-1945,
Menu principal

  1. Personnes
  2. Evénements/ Contexte
  3. Groupes de la Résistance
  4. Villes et Villages
  5. Camps de concentration
  6. Valkenburg 1940-1945
  7. Les leçons de la résistance

précédentbackprochain
 

Kleine Zusters van de Hl. Joseph


 ?      ? (00)
- Aide aux clandestins - Aide aux Juifs - Les ecclésiastiques - Femmes dans la résistance - Heerlen - Survivant.e.s -

    Pendant l’occupation, l’hôpital Saint-Joseph au Putgraaf [1] à Heerlen, était fermement aux mains de la résistance et en particulier de l’organisation d’aide aux clandestins LO. C’était le résultat de la coopération de plusieurs personnes et groupes, mais cela n’aurait jamais été possible sans la participation des religieuses qui dirigeaient l’hôpital.
    Elles appartenaient à la congrégation des Petites Sœurs de Saint-Joseph [2], fondée en 1872 par le prêtre Peter Savelberg de Heerlen. Pendant un certain temps, la congrégation était la deuxième plus grande des Pays-Bas. Elle était ouverte aux femmes sans éducation, sans argent ou handicapées. Leur slogan était « Aider là où personne n’aide ».
    En 1904, Savelberg et le médecin Frans de Wever ont pris l’initiative de créer l’hôpital Saint-Joseph à Heerlen, sous la direction de cette congrégation.
    Ces religieuses représentent le rôle que les femmes ont joué dans la société de l’époque et donc aussi dans la résistance : presque invisibles mais indispensables. On pense à juste titre au rôle important de personnes comme le chirurgien et médecin en chef Karel van Berckel , qui fut fusillé à Vught. Mais sans les religieuses, il n’aurait jamais été possible de faire disparaître un étage entier de l’hôpital encombré, où l’on soignait des clandestins. Un bébé juif y est notamment né, avec l’aide d’une sage-femme juive. [3]
    Le service des pompiers de Heerlen, dirigé par Charles Bongaertz, a également fait appel à des personnes pour cet étage. Par exemple, un pilote allié qui avait été sauvé d’une épave en flammes à Houthem et amené à l’hôpital en uniforme de pompier, sous les yeux des Allemands.
    Les religieuses vérifiaient la fiabilité du personnel et ceux qui ne remplissaient pas les conditions requises n’entendaient ni ne voyaient rien.
    Lorsque Giel Berix, chef de district de l’LO de Heerlen, et Pierre Schunck , chef du sous-district de Valkenburg, sont venus voler des matelas pour l’auberge aux plongeurs à Geulhem, elles ont regardé dans une autre direction.
    De nombreuses réunions ont été organisées par l’LO à l’hôpital. C’était l’endroit idéal pour cela. En effet, de nombreuses personnes y entraient et en sortaient. Les sœurs offraient du café et des gâteaux.
    Pour autant que nous le sachions, il n’y a jamais eu un seul mot d’appréciation pour leur travail qui mettait leur vie en danger. Après tout, elles ne faisaient que leur devoir.

    Notes

    1. Hôpital Saint-Joseph (Putgraaf ziekenhuis), Heerlen
      Wikipedia NL
    2. Wikipedia NL Kleine Zusters van de Heilige Joseph
      Andere tijden De Kleine Zusters uit Heerlen
    3. Yad Vashem, The righteous among the nations,
      https://righteous.yadvashem.org/?search=Veugelers&searchType=righteous_only&language=en, search for: Veugelers.